Clicky

Les routes antidérapantes voient leurs statistiques d’accidents réduites de 40%

Dans les années à venir, les avancées technologiques touchant les véhicules, comme les voitures sans conducteur, devraient réduire de manière substantielle le nombre d’accidents mortels et de blessures graves sur la route.

Même si on en parle moins souvent, les revêtements sur lesquels nous roulons auront aussi un rôle majeur à jouer dans la réduction des accidents de la route, d’après l’Agence du transport (Transport Agency).

Le Saint Graal de la conception des routes, c’est l’autoroute antidérapante, car on enregistre un taux d’accidents avec blessés de l’ordre de 4,5 à 9 fois plus élevé sur chaussée glissante que sur chaussée antidérapante.

La Nouvelle-Zélande est plus proche de réaliser cet objectif que bien d’autres pays, grâce, surtout, à la présence de deux des camions les plus « intelligents » du monde sur ses routes. Ces camions font appel à une technologie laser d’avant-garde qui se révèle si puissante qu’elle constitue, en quelque sorte, l’équivalent routier de la vision de Superman.

« La Nouvelle-Zélande est un des chefs de file mondiaux en la matière, elle est à la pointe du développement de la résistance au dérapage, au moins à égalité avec les pays européens, voire au-dessus de ceux-ci, » a déclaré Darren Newland, qui supervise les camions de test au dérapage pour l’entreprise britannique WDM.

« En matière de contrôle de la résistance au dérapage, elle a des années-lumière d’avance sur les Américains. »

Les décès dus au dérapage sur route ont chuté de près de 40 pour cent depuis que WDM a démarré ses inspections des autoroutes néo-zélandaises pour le compte de la Transport Agency, au milieu des années 90.

Ses tous derniers camions sont à la pointe du progrès et sont, en ce moment, exclusivement utilisés en Nouvelle-Zélande. Ils projettent 20 lasers vers la route, qui détectent les ornières et les affaissements tout en mesurant la rugosité et la résistance au dérapage, tout cela à une vitesse de plus de 80 km/h.

La Transport Agency analyse ensuite les données depuis un ordinateur embarqué dans le camion, appelé « The Tardus », et détecte les points noirs.

« L’autoroute numéro 2 (State Highway 2), près de Wellington, est un très bon exemple. Il s’y produisait fréquemment des accidents, des gens glissaient et sortaient de la route », nous dit Mark Owen, de la Transport Agency. « Il y a une longue route en ligne droite, puis, brusquement, un virage serré. Et à l’aide des informations recueillies par les camions de test au dérapage, nous pouvions dire que, oui, nous étions effectivement bien en présence d’un problème de dérapage. »

Nous avons pu identifier le meilleur mélange d’étanchéification de la route ; dans ce cas-ci, il s’agissait du plus cher de tous, la bauxite calcinée, qui est presque aussi dure que le diamant.

« Le nombre d’accidents s’est immédiatement mis à chuter. Durant les deux premières années [après les travaux d’étanchéification], il y eut à peu près deux accidents sur ce site, alors que durant les mois qui précédèrent les travaux, les accidents étaient fréquents, souvent assortis de sorties de route. »

L’une des preuves tangibles qui permettent de dire que les autoroutes ont plus d’adhérence que par le passé est le fait que les camions de test au dérapage consomment à présent plusieurs centaines de pneus de test au dérapage chaque été, soit 10 fois plus qu’auparavant.

« Je crois sincèrement que le travail que nous effectuons permet vraiment de sauver des vies sur la route, » nous dit Monsieur Newland.

WDM vise à accroître le nombre de lasers sous chaque camion, ce qui permettra d’effectuer un scannage plus détaillé en vue de détecter chaque fissure de la route et d’empêcher ainsi l’eau de s’y infiltrer.

Entre-temps, la solidité des autoroutes est mesurée par une autre machine, le Déflectomètre de vitesse de trafic (Traffic Speed Deflectometer), qui a déjà réalisé la moitié de sa mission d’inspection de toutes les autoroutes du réseau, mission dont le terme est prévu vers la fin de l’année prochaine.

Partager

A propos des cookies sur notre site web

Nous utilisons des “cookies” afin de vous permettre d’exploiter toutes les capacités de notre site. En continuant votre navigation, vous acceptez leur utilisation. Lire la suite...